Débrayage, mouvement et protestation ne sont pas l'apanage du privé et de l'Education nationale (prenez cet exemple comme une boutade si vous passez par là, il y avait un mouvement de grêve le mardi 24 novembre), des agents territoriaux soutenus par les syndicats mènent un début de fronde ici et là qui pourrait s'amplifier si les élus et les directions n'évaluent pas sufisamment les besoins et donc...la menace qui pèse.

Performance et efficacité sont les nouvelles valeurs à la mode de la FPT, toujours mieux, toujours plus...

Un exemple, des exemples...

Mise en place de la méthode HACCP, nouveaux code des marchés publics, accueil personnalisé de l'enfant, dématérialisation, management ETC souvent accompagnés de réorganisation interne, procédures d'optimisation et audit qualité. Beaucoup d'exemples, beaucoup trop... qui témoignent de la réalité de la FPT à l'heure H et depuis quelques années, une FPT mouvante qui doit s'adapter aux nouvelles lois et règlementations dans un contexte financier pas toujours reluisant et incertain.

Une FPT, des agents :

A force de parler de l'unité de la FPT, on oublierait presque qu'elle est composée d'hommes et de femmes qui y travaillent depuis 1 an, 5 ans, 10 ans ou 20 ans, à qui on fait confiance (= recrutement) et qui sont chargés, à travers leur mission de mener à bien la collectivité. Aucun d'eux ne se lèvent le matin en se disant "aujourd'hui, je ne fais rien !", tous sont prêts à travailler ! Il y a des confusions chez les responsables ou managers qui ont tendance à confondre volonté, possibilité et compétence. On peut être de très bonne volonté mais ne pas posséder les compétences techniques. On peut être expert mais ne pas vouloir "faire"...

Avec le durcissement des réglementations, la précarisation des emplois, la mobilité subie ou encouragée, tout ce que demande les agents de la FPT, c'est être ACCOMPAGNER : évaluer sur des compétences, aider à choisir une formation, encourager à aller en formation, encourager dans la mise en oeuvre de nouvelles compétences...

Et pourtant, pourtant... j'entends encore des "la formation, c'est chère !", "il sait tout faire", "ici, on doit être polyvalent".

La GRH est mon coeur de métier et je pense que c'est une ressource qui a bien plus de valeur qu'un budget primitif, qu'un DOB ou que l'équilibre des recettes. Mais ça, nous sommes encore peu nombreux à l'avoir compris...

Bonne fin de semaine ! Haut les coeurs !

ressourcesterritoriales@gmail.com